•  

    Canard-chipeau.jpg

     

      Cane et canard Chipeau  (photo Wikipedia)

     

    LE CANARD CHIPEAU

    Signes distinctifs :

    Mâle : bec ardoise, lamelles très dévelop­pées ‑ yeux bruns ‑ tête gris cendré avec points foncés ‑ cou créme ‑ couvertures de l'aile cou­leur rouge brique ‑ miroir blanc avec tache noire extrême ‑ poitrine crème ‑ flancs gris ‑ ventre blanc ‑ dos gris-brun ‑ pattes jaune-orange ‑queue brune sur croupion noir.

     

    Chipeau-3.jpg

     

    Femelle : bec tacheté orange-jaune ‑ yeux et tête identiques à ceux du mâle ‑ cou sem­blable à celui de ta femelle colvert ‑ couvertu­res de l'aile rouge brique moins apparent ‑ mi­roir blanc ‑ poitrine et flancs comme chez la femelle colvert ‑ dos identique à celui de la fe­melle colvert ‑ pattes jaune-orange ‑ queue brun-gris clair.

    Le mâle en éclipe ressemble à la femelle, excepté les couvertures claires rouge-brique.

     

    Chipeau-4.jpg

      

    Indices supplémentaires d'identification

    - Même vol que le colvert. Ailes moins poin­tues.

    - Ailes, ventre et croupion, surtout apparents au vol.

      - Plus petit et plus fin que le colvert.

    Cris

    Surnommé "bruyant" du fait de son bavar­dage (en fait, il se montre très discret ; seule une oreille attentive pourrait percevoir les "coin­coin" des femelles nettement moins marquées que chez le colvert).

    Mensurations

    Poids 800 g ‑ Longueur 50 cm.

    Mesures d'aile pliée : le mâle mesure plus de 26 cm, la femelle est ordinairement infé­rieure.

    Bec : 3,5 à 4 cm.

    Reproduction

    Elle a lieu d'avril à juin, au bord des eaux douces d'Europe et d'Asie du Nord. Le nid re­pose sur le sec et est semblable à celui de la cane colvert. Les oeufs, de 8 à 12, sont chamois crème et supportent une incubation de 28 jours. Les jeunes sont crème roussâtre plutôt que jaune colvert. Ils volent à 7 semaines.

    Répartition

    ‑ Nidification : du cercle Polaire à l'Afrique du Nord. Mais bien des zones demeurent in­habitées. Sa nidification en France s'est trou­vée vérifiée en Camargue, Dombes parfois en Vendée et Lorraine. Manche, Grande-Breta­gne, Espagne et les lignes Hollande-Russie, Hollande, Danemark, sont ses points de nidifi­cation favoris.

    ‑ Hivernage : en France hiverne régulière­ment en Camargue. Sa zone d'hivernage res­te plutôt l'Afrique et l'Asie. La réserve du Zwin (Belgique) abrite quelques rares hivernants (zone maximale Nord).

    Nourriture

    Ce canard de surface barbotteur se nourrit, comme le colvert, essentiellement de végétaux (algues, graines et céréales).

    Migrations

    Le chipeau est un visiteur occasionnel dès le mois d'août. Sa migration se poursuit jus­qu'en décembre. Il est souvent observé aux bons passages de Toussaint. On l'observera plus aisément en passage de descente qu'en remont.

    Mais l'oiseau est si discret qu'il passe bien souvent au travers des montagnes à l'intérieur des terres. Il aurait malgré tout une prédomi­nance pour la ligne côtière et la ligne Rhône.

    Hybridations et sous‑espèces

    Le colvert peut s'accoupler avec le chipeau.

    Le siècle dernier s'est éteinte une sous-es­pèce : le chipeau de Coucs.

     

    Ne pas confondre le Chipeau avec...

    ‑ La femelle de Colvert : miroir bleu.

    ‑ La femelle de Siffleur : bec bleu, pattes bleues.

    ‑ La femelle du Pilet : queue plus longue.

     

    Pour en savoir plus afin de toujours mieux conduire votre élevage,

    cliquez ICI

     

    Canard Chipeau 2

     Cane et canard Chipeau

     


    votre commentaire
  •                             

    Fuligule Milouin mâle

     Fuligule Milouin mâle  (photo Neil Phillips - Wikimedia)

                                 

                                       LE FULIGULE MILOUIN

     

    SIGNES DISTINCTIFS

     

    Mâle :

    Bec agrémenté d'un anneau bleu sur fond noir ‑ Yeux de couleur rouge vermillon ‑Tête et cou roux vif ‑ Poitrine noire ‑ Ventre, flancs et dos gris argenté ‑ Croupion noir ‑Rectrices gris foncé ‑ Courvertures de l'aile gris fer ‑ Miroir gris plus clair, peu marqué ‑ Pattes gris plomb à palmes noires.

    Femelle :

    Bec avec un anneau bleu sur fond noir ‑Yeux de couleur rouge foncé ‑ Tête et cou brun clair ‑ Poitrine brun foncé ‑ Ventre gris brun ‑ Flancs gris brun ‑ Dos identique au mâle ‑ Croupion brun foncé ‑ Rectrices semblables à celles du mâle ‑ Couvertures de l'aile plus sombres que celles du mâle  ‑ Miroir et Pattes comme le mâle.

    Le mâle, en éclipse (de juillet à septem­bre), est moins riche en couleur. Les teintes de tête, poitrine et croupion se salissent de gris.

     

    INDICES SUPPLÉMENTAIRES D'IDENTIFICATION

     

    Du canard plongeur, il emprunte toutes les caractéristiques : c'est un canard court, dense, râblé, qui porte une tête grosse sur un cou épais. Ses pattes, très en arrière du corps, ne lui permettent pas le décollage vertical : il doit battre l'eau à la manière de la foulque macroule pour s'envoler.

    Vol rapide, mais moins capricieux que ce­lui de la Sarcelle. Oiseau trapu aux ailes grises.

     

    Cris :

    Les milouins sont très discrets et émet­tent un faible sifflement : "krik" ou "krarr".

     

    Caractères :

    Le milouin est un oiseau calme, peu fa­rouche, volontiers dormeur. Son grégarisme lui fait tolérer la compagnie des foulques, morillons, mais il apprécie tout autant les autres anatidés, sauf en captivité. Il affec­tionne les marais d'eau douce à grande sur­face de préférence, et aux fonds peu impor­tants. Il est volontiers joueur et plonge dans de folles poursuites avec ses congénères. Par souci de protection, il se met au centre du marais où il a plus aisément vue et aire d'envol.

     

    Mensurations :

    Son poids oscille plus volontiers autour de 850 g. mais peut dépasser le kilo.

    Son tour de poitrine révèle sa rondeur 30 à 35 cm.

    Sa longueur totale (les pattes dépassant largement le corps) : 50 à 55 cm.

    La mesure d'aile pliée présente le dimor­phisme : 213 à 222 pour le mâle, moins de 212 mm pour la femelle.

    Bec : 4 à 6 cm.

     

    Reproduction :

    Fin avril, à proximité de l'eau, ou même sur l'eau, à la manière des foulques et pou­les d'eau, la femelle construit son nid de filaments aquatiques et y dépose 7 à 12 oeufs verdâtres qu'elle couve 25 jours en moyenne. Les poussins sont, dès la nais­sance, plongeurs émérites. Ils perdent leur duvet brun, jaune et gris pour voler à 2 mois. Les mâles se regroupent pendant cette période et traînent dans les marais.



    Répartition :

    ‑ Zone de nidification

    C'est un canard "froid", volontiers nordi­que comme son ami le morillon. Il affec­tionne les îles britanniques, la Sandinavie (où il apparaît en 1850), la Russie et la Si­bérie. Son aire nidificatrice extrême sud semble être la Hollande, l'Allemagne et la France. Il semblerait que le cheptel né en France soit en augmentation. La nidification est de plus en plus importante, en Sologne et se rencontre aussi dans les Dombes, en Lorraine, et peut‑être dans le Nord où il ar­rive à plusieurs célibataires mâles de déam­buler sur les marais dans la deuxième quin­zaine de mai.

    ‑ Zone d'hivernage

    Il descend volontiers jusqu'à la Méditerra­née, l'Inde et la Chine. Le cheptel d'hiver­nants français est évalué à quelques milliers individus (Brière, Grand‑lieu, Camargue).

     

    Nourriture :

    Il va la chercher parfois même par quatre mètres de fond. Ce gourmand est essentiel­lement végétarien et affectionne les tendres pousses et graines aquatiques. Il fouille la vase et ne dédaigne pas les mollusques, vers, larves, insectes qu'il ramène après des plongées de 20 à 25 secondes. Son régime varié lui fait tolérer aisément la cap­tivité et il est capable de devenir très familier.

     

    Migrations : 

    ‑ Migrations de descente :

    Les hivernants séjournent sur les marais d'eau douce tant que leur faculté de plon­geur n'est pas entravée par le gel.

    ‑ Migrations de remontée :

    Dès la fin février et mars pour nos hiver­nants, les milouins reprennent le chemin du nid. Leur migration est des plus discrètes et emprunte le plus volontiers la route de l'Eu­rope de l'Est.

     

    Sous‑espèces

    Il existe deux sous‑espèces de notre mi­louin : le milouin à tête rousse d'Amérique, au dos sombre, et le milouin aux yeux rou­ges, à dos blanc.

    Ne pas confondre le milouin avec...

    ‑ le fuligule milouinan ‑ mâle : tête vert foncé, ventre blanc ‑ femelle : front blanc.

    ‑ le fuligule nyroca : yeux blancs, tête et poitrine sombres.

    ‑ le fuligule morillon femelle : iris jaune, barre blanche sur le front.

    ‑ la nette rousse femelle : miroir blanc, calotte marron, bec rouge.

     

    Fuligule Milouin femelle

     Fuligule Milouin femelle.  (photo Snowyowls - Wikimedia)

     

     


    votre commentaire
  •  

    perdrix rouge1

     

    Perdrix rouge.

     

    MODULER LE REGIME ALIMENTAIRE DES PERDRIX

    Les besoins nutritifs des faisans et des cailles sont bien connus. Nous pouvons en dé­duire ceux des perdrix par extrapolation.

    En ce qui concerne les besoins énergétiques certains conseillent de préparer des aliments à 2750‑2950 kilocalories, métabolisables par kilo, d'autres préconisent de limiter cette teneur à 2550 kilocalories.

    Les teneurs en matières protéiques brutes dans l'aliment varient selon les auteurs de 16 à 20%  en régime de ponte, 12 % en régime d'entretien.

     

    MODULER LA RATION DE BLÉ

    Il apparaît donc qu'en période d'entretien, la teneur en matières protéiques dans l'aliment doive être de l'ordre de 12 % alors qu'elle doit dépasser 16 % pendant la ponte.

    En pratique, le même aliment complet, avec une teneur en matières protéiques brutes mini­mum de 16 %, est distribué pendant la période de conservation hivernale et pendant la période de reproduction.

    C'est uniquement la quantité de blé ajoutée à la ration qui fera varier le taux de protéines selon les besoins.

    Ainsi en période d'entretien blé et aliment complet sont distribués en quantités égales, puis au moment de l'accouplement, le pourcentage de blé est diminué progressivement, le pour­centage d'aliment complet augmentant dans les mêmes proportions, ce qui fait qu'au moment de l'entrée en ponte, les oiseaux ne reçoivent plus que de l'aliment complet.

     

    NOURRIR UNE FOIS PAR SEMAINE

    Les quantités d'éléments minéraux que con­tient l'aliment ne sont pas connues avec préci­sion  ; aussi pour pallier une carence éventuelle, du gravier et des coquilles d'huitres broyées sont données aux oiseaux.

    L'aliment comprend, par ailleurs, toute la gamme des vitamines, plus des oligo‑éléments.

    On considère que la consommation en ali­ments secs, par oiseau et par jour, est en moyenne de 30 grammes pour les perdrix grises et de 35 grammes pour les perdrix rouges en période d'en­tretien.

    Ces doses sont un peu plus importantes en période de reproduction. En fait, les oiseaux mangent selon leurs besoins puisque les tré­mies ne sont rechargées qu'une fois par se­maine, afin de ne pas perturber trop souvent les oiseaux.

    Pour les mêmes raisons et pour limiter le travail, tous les parquets sont équipés d'abreu­voir automatiques.

     


    votre commentaire
  •  

    faisan3.jpg

     

     

    BIOLOGIE DU FAISAN

    Le faisan aime particulièrement le sarrazin qui est la céréale la plus recherchée par ces oiseaux‑gibier ; il apprécie l'avoine et s'accom­mode, à la rigueur, de graminées de sols moins riches comme le moha.

    Il lui faut aussi, des légumineuses: trèfle, luzerne, pois, lupins. Il affectionne les grands trèfles, cultivés pour la semence, où il creuse à l'automne de véritables galeries à sa taille, qui lui fournissent l'abri et la quiétude.

    Les hautes tiges du topinambour, du maïs et du tournesol lui sont également favorables par leurs ombrage et leurs graines fort ap­préciées.

    Toutes ces cultures, pour constituer un mi­lieu biologique parfaitement adapté au faisan, devront être bordées de forêts ou de boque­teaux, ou, à défaut, de fourrés et de ronciers où le faisan trouvera autant qu'il en désire, des perchoirs naturels.

    Par nature, le faisan est polygame; le coq ne semble porter à aucune de ses poules de dilection particulière. C'est la poule seule qui construit le nid à même le sol, dans une dé­pression naturelle abritée des regards indis­crets par une haie ou un buisson.

    A partir de la mi-avril, parfois un peu plus tôt, elle vient y déposer une dizaine d'oeufs d'une couleur uniforme, vert ou brun olivâtre. La couvaison se déroule, si la saison est favorable, dans le cou­rant du mois de mai. C'est encore la poule seule qui en assure l'éclosion. Lorsqu'elle quitte le nid pour prendre sa nourriture, elle recouvre ses oeufs de feuilles et d'herbes pour éviter qu'ils ne se refroidissent trop rapidement, et pour les camoufler.

     Les jeu­nes faisandeaux éclosent au bout de vingt­-quatre à vingt‑cinq jours; ils sont alors un peu plus petits que les poussins de nos poules do­mestiques, mais incontestablement plus vifs et remuants. Douze à quinze jours après leur sortie de l'oeuf, leurs ailes leur permettent déjà quelques brèves tentatives d'envol.

    Le jeune reste auprès de sa mère jusqu'à l'automne, quelquefois jusqu'à l'entrée de l'hi­ver, moment où il aura acquis sa taille d'adulte. Pendant cette période, il s'émancipe progressivement de la tutelle de la poule, mais demeure cependant à proximité. Dans les premières semaines de son existence, le jeune se nourrit presque exclusivement de nymphes de fourmis ou de minuscules ver­misseaux qu'il déniche adroitement dans le sol, puis il s'accommode bien vite de l'alimen­tation des adultes, à base de graines et de baies, sans toutefois délaisser les vers et les insectes dont il demeure friand durant toute son existence.

    Dans le courant de sa deuxième année, le faisan est adulte et apte à la reproduction.

     


    votre commentaire
  •  

    Canard-de-Barbarie-001

    Canard de Barbarie blanc. 

     

     Photos dues à la courtoisie de l'auteur du blog : 365photo.over-blog.com

    qui présente sur des thémes différents, des photos de qualité supérieure.

     

    LE CANARD DE BARBARIE BLANC

    Ramené depuis quelques générations seu­lement des régions froides de l'Amérique du Sud où on le rencontre à l'état sauvage, le Barbarie blanc est incontestablement une race magnifique, tant par la beauté de son plumage que par l'ampleur de ses formes et la qualité de sa chair.

    Son élevage enchante les amateurs.

    D’abord il est rustique, d'une rusticité à toute épreuve; il s'élève fort bien (et peut se reproduire) sans plan d’eau ; ensuite il devient très gros : le mâle peut atteindre 4 kilos dans la qualité à rôtir, et 7 kilos chez les reproduc­teurs. Sa chair, non graisseuse et supportée par les estomacs les plus délicats, est très appréciée.

    Croisé avec des canes de Rouen, de Pé­kin ou de toute autre race lourde, il donne des mulards estimés, aux foies renommés.

    Le Barbade blanc est un canard de forme allongée, au port nettement horizontal. Son plumage est d'un blanc pur aux reflets de moire. Sa tête est ornée de caroncules d'un rouge éclatant et dont l'intensité de coloration indique la vitalité de l'animal. Elle porte au sommet de longues plumes qui se redres­sent sous l'effet de la peur ou de la colère. Son bec, d'une jolie teinte corail, porte à son extrémité un onglet rose très apparent. Ses yeux sont bleus. Ses pattes et tarses jaune orange.

    La majesté puissante du mâle, la distinc­tion de la femelle, leur démarche aisée et non claudicante, comme l'est celle de la plu­part des palmipèdes. On a l’impression qu'ils ont tou­jours un envol au bout des ailes. Son vol est rapide, gracieux,  cet ensemble faisant du Barbarie blanc un canard de grande classe, l'ornement par excellence des piè­ces d'eau,  tout le monde ne pouvant s'offrir des cygnes.

    La cane, qui pond un bel oeuf blanc, est une couveuse et une mère admirable, éle­vant jusqu'à vingt canetons qu'elle n'abandonnera qu'adultes pour aller reprendre son rôle de pondeuse, de couveuse, et d'éleveuse.

    Ajoutons que ce palmipède, aussi discret que sympathique, ne nous assourdit pas de cris discordants et que le mâle ne se montre pas agressif envers les autres animaux de la basse-cour.

    Aussi, lorsqu'à l'ouverture matinale de la canardière, on se trouve environné d'un tournoiement d'ailes qui fait penser à un lâcher de colombes ; quand une mère-cane traverse la prairie, entraînant derrière elle à l'abri des longues plumes de sa queue lar­gement étalée en éventail protecteur, ses ca­netons duveteux, délicates boules d'or qu'elle dirige vers l'eau proche où ils vont naviguer comme une vivante flottille ; quand, à l'appel du soir, les canards regagnent procession­nellement en  interminables files leur abri de la nuit ; lorsque, un peu plus tard, quel­ques attardés à l'âme solitaire se balancent mollement sur l'onde, groupe blanc endormi dans un rayon de lune qui dore l'eau et ar­gente le feuillage, on trouve que, dans un prosaïque élevage de Barbaries blancs, il y a bien de la poésie.

     

    Canard de Barbarie-002

      Canes de Barbarie blanches.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique