• Le cygne.

     

    Cygne tuberculé 2

     

     

    LE CYGNE

    Le cygne, sur son lac, "dort la tête sous l'aile, entre deux firmaments", selon l'image du poè­te. Sa blancheur étincelle, la beauté de ses lignes éblouit, sa fierté l'isole.

     

    LE CYGNE DANS L'HISTOIRE

    On suppose que les cygnes tuberculés ou domestiques ont été amenés de Chypre en Angleterre par Richard 1er. L'Angleterre, d'ailleurs, ne tarda pas à en faire l'élevage... pour la consommation. Pas de festivités sei­gneuriales sans cygne rôti !

    Pendant des siècles, posséder des cygnes fut un privilège réservé aux seigneurs ; encore fallait‑il une autorisation royale.

    Le cygne noir, ciselé comme un bibelot de Chine, fut rapporté en Europe, au XVIlème siè­cle, par un navigateur hollandais qui le décou­vrit en Australie, à Swan River (rivière du Cy­gne).

     

        UN SAGE UN PEU... OMBRAGEUX

    Malgré des siècles de voisinage avec les hommes, il n'est qu'à demi civilisé seulement. Il a gardé ses instincts sauvages. S'il doit dé­fendre ses petits, il est prêt à toutes les atta­ques. Et il vaut mieux ne pas s'y frotter. Il mord, cogne de l'aile, siffle. Deux cygnes mâles peu­vent se battre à mort.

    Les cygnes vivent en grand nombre sur tous les lacs de Suisse. Sur les eaux bleues du Léman, ils s'épanouissent, parmi les reflets des pics neigeux des Alpes. Autour d'eux les rou­tes grondent, la vie des hommes grince. Eux, ils ont une éternité devant eux pour voguer, tout doucement, conscients d'apporter à la nature une note d'art raffiné. Des sages voués à la beauté corps et âme.

         

           SES AMOURS

    Le cygne demeure fidèle toute sa vie à la même compagne. Les parades d'amour se font la tête sous l'eau, puis les cous s'enlacent tendrement. On se dévore mutuellement de bai­sers. Le nid, énorme amas de branchages, de paille, est construit sur la berge, tout près de l'eau. La femelle pond 5 à 6 oeufs, et l'incuba­tion dure environ 5 semaines. Le même nid, soigneusement remis à neuf et consolidé à chaque printemps, sert plusieurs années de suite.

    Puis, bien encadrés par les parents, les oisillons glissent vers le lac. Ils se fatiguent vite sur l'eau. Le cas est prévu. Tous ensemble se réfugient sur le dos‑parasol de la mère.

         

           SON MODE DE VIE

    L'instinct migrateur du cygne domestique ne joue plus. Malgré la puissance extraordinaire de leur voiture, ils ne se déplacent plus guère. Il arrive souvent de voir des cygnes prisonniers. Telle ville ou station climatique achète un cou­ple de cygnes, le prépose au décor d'un bas­sin, d'une pièce d'eau au rebord de ciment, et voilà !

    Il faut donner aux cygnes la possibilité (par une pente douce) de sortir de leur bassin. Les cygnes broutent l'herbe, se reposent, dorment, nichent, s'épouillent à terre. Mais leur corps pesant et maladroit a beaucoup de mal à se dégager d'une pièce d'eau dépourvue de ber­ges plates.

         

           SA NOURRITURE

    Plongeant cou dans l’eau, ils parviennent à extirper des herbes du fond, mais ils aiment surtout et recherchent dans la vase des rives, des insectes, mollusques, etc. Il est nécessaire de leur donner également des céréales.

     

    Cygne-noir.jpg

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :