• Elevage naturel des faisandeaux

     

    faisan6

     

     

    ELEVAGE NATUREL DES FAISANDEAUX

     

    Il faut distinguer trois périodes dans la croissance des jeunes. Commençons, comme il se doit, par le premier âge cor­respondant à peu près à une période de 30 jours.

    Tout d'abord, nous installerons la cou­vée et la mère dans un logement appro­prié, que nous appellerons case d'élevage.

     

    Cette case se compose :

    1) D'un logement de repos dans lequel est isolée la mère ;

    2) D'un promenoir dans lequel les jeu­nes pourront faire leurs premiers pas en toute tranquillité, car eux seuls pourront y accéder.

    L’ensemble a une longueur d'environ 1 m 20 sur 0 m 50 de large et 0 m 40 de haut. Le promenoir est isolé du logement de re­pos par des barreaux interdisant le pas­sage de la poule. Toute la case est couverte au moyen de deux toits indépendants, l'un sur le promenoir, l'autre sur le nid. Les pa­rois peuvent être pleines, mais plus géné­ralement on réserve un ou deux côtés grilla­gés, ce qui a pour effet de mettre plus aisé­ment les jeunes au contact de l'extérieur, car n'oublions pas que nos élèves sont des oiseaux sauvages.

     

    Boite d'élevage

     

    Sur un côté du logement de repos, deux ouvertures munies de trappes sont ména­gées dans lesquelles on place, à l'extérieur, un abreuvoir et une mangeoire, ceci afin de permettre à la mère de se ravitailler sans salir l'intérieur de la case,

    L'extrémité du promenoir est également munie d'une porte permettant l'accès à l'ex­térieur car lorsque le temps le permettra il faudra faire sortir les jeunes quelques ins­tants. C'est pourquoi il est recommandé, chaque fois que cela est possible, de dis­poser la case sur un parcours herbeux, ainsi les faisandeaux feront connaissance avec la nature, et surtout s'habitueront à cher­cher par eux‑mêmes leur nourriture insec­tes, larves, oeufs de fourmis, etc.,.

     

    Comme il ne saurait être question de les laisser en liberté totale, il est bon de déli­miter un emplacement entouré d'une palissade et couvert par un grillage, seule protection ef­ficace contre tous les ennemis des jeunes tels que : chats, rats, rapaces, etc...

    Voici nos jeunes installés, abordons le côté alimentation.

    Elle débutera le lendemain de l'installa­tion. Les repas sont distribués toutes les deux heures à raison de cinq repas par jour. La formule idéale semble être réalisée par une alternance de distribution d'oeufs de fourmis et de pâtée composée. Les fabricants d'aliments fournissent des pâ­tées prêtes à l'emploi qui donnent de très bons résultats. Remarquons, tou­tefois, que les oeufs de fourmis ne sont pas indispensable ;  bien que très profitables aux jeunes. Ils apportent en effet, une forte proportion de matières protéiques, mais on peut trou­ver ces protéines dans des déchets de viande très finement hachée. Il semble, tou­tefois, que l'instinct des jeunes les pous­sent à préférer ces oeufs qui les incitent à manger.

     

    Il n’est pas recommandé de fabriquer soi‑même une pâtée compo­sée destinée aux faisandeaux, car la formule en est assez complexe et la préparation délicate.

    En ce qui concerne la boisson, il con­vient de prendre beaucoup de précautions pour éviter la noyade. Pour cela, mettre à la disposition des jeunes des petits abreu­voirs ne présentant qu'une mince surface de liquide qu’il convient de changer très souvent.

    Bien nourris, convenablement logés, vos élèves atteindront sans encombre la fin de leur première semaine. A ce moment, de­venus plus résistants, ils se trouveront trop à l'étroit dans leur case.

     

    On peut commencer a les laisser sortir dans le petit carré herbeux aménagé au bout du promenoir, puis les jours pas­sant, on agrandit ce parcours jusqu'à lui donner une largeur de plusieurs mè­tres. Ne pas négliger cette question d'en­tourage, car les faisandeaux, vagabonds de nature, auraient vite fait de se perdre.

    Disposer dans cet enclos, mangeoires et abreuvoirs soigneusement entretenus. Vos faisandeaux en grandissant prendront de l'assurance et pourvoieront de plus en plus eux‑mêmes à leur nourriture. Augmen­ter progressivement la quantité de pâtée mise à leur disposition sans en changer la composition.

     

    Vos élèves atteignent la fin du premier mois. Ils commencent à devenir indépen­dants, méfiants, craintifs. La nature reprend le dessus. Il n'est plus possible de les lais­ser enfermés, il faut leur donner de l'espace.

     

    Deuxième âge

     

    Nous entrons dans le deuxième âge – nous le savons – lorsque les faisandeaux sont âgés d’une trentaine de jours.

    Il faut déplacer la case d'élevage, et laisser la porte du promenoir continuelle­ment ouverte. Les jeunes sortiront librement et sauront bien rentrer tout seuls.

    Les faisandeaux vont partir à la recher­che de leur nourriture sur les terrains avoi­sinant la case. C'est la période de transi­tion. La mère est abandonnée et on peut l'en­lever.

    Vers l'âge de six semaines vous pourrez habituer graduellement vos élèves aux grains en augmentant progres­sivement la quantité.

     

    Pour en savoir plus afin de toujours mieux conduire votre élevage

     

    cliquez  ICI


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :