• Couples ou paires ?

     

    Bouvreuil

     

                                                                        COUPLES OU PAIRES ?

    Pour monter votre élevage, vous avez acheté, si vous ne voulez élever qu'une seule race, trois mâles et trois femelles à des éle­veurs différents. Si vous achetiez trois cou­ples, vous auriez trois "sangs" différents constitués très probablement par des couples consanguins, car il y a de fortes chances pour qu'on vous vende des frères et soeurs.

    En achetant trois paires de six provenan­ces différentes, vous aurez davantage de chances d’obtenir six "sangs" diffé­rents, et les couples que vous appareillerez ne seront probablement pas consanguins. Ainsi, vous se­rez sûr d'apporter le maximum de vigueur à votre souche.

     

    L'APPAREILLAGE

    Pour "appareiller" vos couples, vous allez loger les trois mâles, séparément, dans un "appareilloir" et, si vous n'en avez pas trois de disponibles, dans une case que vous fermerez avec un grillage provisoire.

    Bien entendu vous leur assurez à manger dans une petite mangeoire et à boire dans un pot à confiture fixé au grillage ou dans un coin de la case. Vous laissez ainsi « mijo­ter » vos trois mâles en cellule pendant trois ou quatre jours. Les femelles peuvent être tenues en liberté ensemble, mais de préfé­rence hors la vue des mâles pour que cha­cune ne fixe pas son choix.

    Au bout de trois jours, vous introduisez auprès du mâle, la femelle que vous lui destinez, et vous observez. S'ils se font bon accueil et que vous les voyez en bonne disposition de s'accoupler (leur comportement ne trompe pas), laissez‑les tranquil­les.

    Si I’accueil est mauvais, que le mâle agresse la femelle, soit parce qu'elle ne lui plaît pas, soit parce qu'elle se refuse à ses caresses, retirez‑la et laissez le mâle seul en cellule pendant deux jours. Après quoi, vous les remettez en présence.

    Il est probable qu'alors l'accueil sera plus chaleureux. Sinon, encore deux jours de jeûne amoureux pour le mâle et troisième présentation de la femelle. Si la troisième fois, ils échangaient encore des coups de bec agressifs, laissez‑les quand même en­semble, ils finiront par s'accorder, mais ne relâchez pas votre surveillance.

    Lorsque vous aurez constaté que l'accord est fait, à la première, deuxième ou troisième présentation, laissez le couple en cellule un jour ou deux, puis installez‑le dans la case qui lui est destinée où vous le tiendrez enfer­mé à l’aide d’un grillage provisoire. Si vous avez logé le mâle dans une case d'élevage, vous n'aurez qu'à y laisser le couple.

     

    ATTENDEZ LES DEUX OEUFS

    Et vous le laisserez bouclé jusqu'à ce que vous ayez constaté la présence de deux oeufs dans le nid que vous aurez eu la pré­caution de leur fournir.

    A ce moment, la première ponte étant faite, vous pourrez enlever le grillage provisoire et rendre à vos prisonniers la liberté dans la volière ; l'installation est définitive car ils n'abandonneront pas leurs oeufs.

    Ayant acheté vos trois paires, comment allez‑vous choisir les femelles que vous des­tinez aux mâles ?

    Certains éleveurs estiment qu'il est préfé­rable d'accoupler une jeune femelle à un vieux mâle et inversement. Le mieux, à no­tre sens, est que vous ayez six jeunes adultes. Ainsi vous aurez devant vous une plus longue période de production. Efforcez-vous donc de vous monter votre élevage avec des oiseaux d’un an.



    L’AGE DES PIGEONS

    Comment reconnaît‑on l'âge des pi­geons ?

    Les connaisseurs le lisent dans les plu­mes de vol. Après la première mue, ce qui indique approximativement l'âge d'un an, la première plume (à partir du milieu de l’aile) des grandes rémiges repousse un peu plus courte que les autres. A la deuxième mue (deux ans) la deuxième plume des grandes rémiges repousse un peu plus courte que la suivante, et ainsi de suite. De sorte qu'après  avoir ouvert entièrement l'aile d'un pigeon pour étendre les grandes rémiges, vous n'avez qu'à compter, en partant de la première grande plume, combien il y en a d'un peu plus courtes pour connaître le nom­bre de mues, donc à peu près le nombre d'années. Car les pigeons nés en janvier, février, mars ou avril muent dès leur pre­mière année, tandis que ceux nés en août, septembre, octobre, etc. ne muent que l'an­née suivante. La première année, le calcul est donc à quelques mois près, en plus ou en moins, mais il est exact pour les années suivantes.

    Un moyen plus facile consiste à n'acheter que des pigeons bagués. Ainsi, non seulement on peut connaître leur provenance, mais le millé­sime porté sur la bague indique l'année de naissance.

     

    Tambour bde Boukharie-copie-1

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :